lundi 30 décembre 2013

Le retour de Marguerite

Comparer Marguerite à un Jedi n'a rien d'étonnant. Marguerite a la prudence et la sagesse de 10 maitres Yoda, et le moins que l'on puisse dire, c'est que j'en aurai besoin.
Car je dois avouer une chose, en ce moment.. je joue comme un véritable débile. Sur une échelle de 1 à 100 de la nullité je crois que j'atteins facilement les 98.
Ma coach Marguerite, qui est connue pour avoir déjà foldé AA sur AK986 après un 5 bet préflop de son adversaire, car celui ci pouvait tout à fait avoir 75 en main (elle était d'accord pour dire que 10-7 était très peu probable), m'a regardé joué ces deux dernières semaines et ça lui a fait prendre 10 ans d'un coup.
Elle m'a demandé, à juste titre, si j'avais été naturalisé suédois, ou si j'avais perdu 20 ans. Quoi qu'il en soit, c'est vrai que depuis que je suis revenu de l'unibet open ( une réserve scandinave dont on ne ressort pas indemne) je fais absolument n'importe quoi, que ce soit en live ou online.
.
J'ai joué par exemple vendredi soir le 250€ de l'ACF, ou nous partons avec 50.000 jetons, mais sur des blinds 150/300 ante 25. Je vais monter en jouant tranquillement à 160.000 pour une moyenne à 75.000, avant de commencer mon opération "Let's spew".
Je relance en début de parole 98 de trèfle, et suis payé par Sandrine de grosse blind. Sandrine c'est elle qui a Enghien le mois dernier flopait toujours top paire au moins contre moi. Bref, elle donkbet sur K86 avec deux carreaux. La plupart des joueurs qui font ça ont souvent soit le draw à carreau, soit un roi pour se situer. Les bons joueurs eux auront un brelan. Bref je call, dans le but de profiter ensuite de toute scary card. As turn, mon adversaire continue de miser. Tant mieux, parce que maintenant un raise de ma part montrerait beaucoup plus de force qu'une mise suite à son check. Elle finit par call, et sur une rivière qui ne change rien je lui envoie une très grosse salve, qu'elle finira par call avec K8 en main. J'ai clairement tout faux sur cette main. Déjà je ne me suis pas attaqué du tout à la bonne personne, j'aurais du abandonné dès le flop, et surtout j'ai totalement raté ma lecture sur la qualité du donkbet.
Le tournoi se passe, assez mal, mais je suis à l'average à 25 left, quand je reçois A5 au bouton, pour un raise automatique, payé par la grosse blind. Flop 972 avec un tirage couleur à coeur (j'ai l'as de coeur), et nous checkons. Sur l'as de pique mon adversaire check, je bet, et me fais reraisé!
C'est absolument là que Marguerite est appelée à ma rescousse. Car en fait, je ne bats absolument rien, et je dois fold.. Sauf qu'une idée "géniale" ( traduisez pourrie) m'a traversé l'esprit. Call et tourner ma main en bluff si un coeur venait à la rivière. D'ailleurs c'est parfait puisqu'un petit coeur tombe river, mais mon adversaire annonce all in immédiatement! Bon ça c'est pas un signe de force, j'en suis convaincu, et je finis par call. Mon adversaire semble dégouté par ce call, au moins j'ai fait une bonne lecture. Et il montre une main très moyenne, qui en plus avait de la showdown value et ne nécessitait pas du tout cette agressivité river, un 8 de pique... et un as de trèfle! Et là je me rends compte.. un peu tardivement.. que je ne suis pas capable de battre n'importe quel as de mon adversaire!
Au niveau spew c'est pas mal. Quand je mucke mon adversaire a du mal à en croire ses yeux, mais il a bien gagné le coup!
.
Marguerite aura à nouveau l'occasion de tomber dans les vaps lors du tournoi deepstack de dimanche. En gros j'ai 19.000 pour une moyenne à 17.000, on joue le 3ème niveau, et un joueur est compétent à la table ( un étranger, environ 25 ans, aucun rapport avec le profil type de l'acf : le vieux riche calling station)
.
Bref, un seul jouer a éviter. Sauf qu'il limpe (il a du se rendre compte que c'était le seul move usuel de l'Acf!), suivi par deux autres à 200, et je reraise donc tout ça à 600 avec 62 de trèfle. Je sais bien que les 3 vont me payer, mais ça devrait du coup être plus simple de voler le coup derrière. Et puis moi si j'attends les préniums...
Les 3 me calls, et checkent sur un flop sympa 10 7 4 avec 74 de trèfle! Je fais mon cbet à 800, et me prends en retour une salve à 2300 chez le jeune étranger. Reraiser chez moi n'aurait pas de sens (vu que mon adversaire pourrait à nouveau reraiser air pour représenter brelan, et que je ne pourrais pas payer), donc je call, pour voir une doublette du 7 qui ne ne devrait pas changer grand chose, sur laquelle mon adversaire check. Pas trop difficile de se douter qu'il m'a check raisé avec pas grand chose, et qu'il ne bat plus désormais grand chose de cohérent (comme JJ par exemple) chez moi. Je mise donc 3500, mais il call assez vite. Le 2 de trèfle tombe river, et après avoir regardé combien il me reste (11.000 environ), il me met à tapis. A nouveau Marguerite aurait du être là pour me dire que je ne battais absolument rien. C'est d'ailleurs ce que je me suis dit en payant, mais j'ai payé, pour voir en face sans grande surprise A8 de trèfle..
No comment.
.
Et Online? C'est juste pire. Je fais des moves de super spewtards, et comme en plus je ne suis vraiment pas heureux en ce moment, ça ne pardonne pas. J'ai réussi à passer hier sur le main event de wina de 170.000 à 0 en 4 coups alors que la moyenne était à 60.000, en réunissant toutes les qualités du fishs online : calling station (bon faut dire qu'avoir deux fois AQ vs AK sur un board avec un As était pas drôle), calls trop light des shoves des shorts, et manque évident de patience.
.
Bref, 2014 ce sera le retour de Marguerite aux affaires, un poker plus zen, sans chercher à remporter tous les coups!
Sur ce je vous souhaite un bon réveillon, et une très bonne année 2014!

lundi 23 décembre 2013

Les vieux de la vieille : un tournoi à l'Acf

Je crois que j'ai fait le grand écart ce week end. Je suis passé d'un quart de finale de coupe de France au bridge ou j'étais opposée avec mon partenaire à la paire numéro un mondiale ( rien que ça) à un tournoi à l'ACF ou j'ai pu voir les plus gros stéréotypes de ..euh... disons livetards comme on en trouve parfois à l'Aviation. Et le contraste est assez étonnant.
Revenons quelques instants à la veille.. Vous savez probablement que je joue au bridge a assez haut niveau, et j'avais la chance d'être qualifié pour la phase finale de la coupe de France, les 16 dernières équipes en lice. (Nous avions passé 7 tours pour arriver là, avec des tirages au sort assez favorables il faut bien le dire!)
Bref, un 8ème de finale contre notre première grosse équipe du parcours mais ça passe, avant de tomber malheureusement en quart contre l'équipe que personne ne voulait rencontrer, composée de 4 champions du monde et de 2 vice champions du monde. Inutile de dire qu'on s'est fait découper, et que cette équipe a remporté la coupe sans problème derrière. Mais quel pied de jouer la paire numéro un mondiale Fantoni Nunes (deux italiens). Des gens qui ont un sens des cartes indescriptible, une précision d'horloge, une capacité à trouver des lignes de jeu que je ne pourrais trouver qu'après 5 heures d'analyse, un soupçon de chance éventuellement quand il le faut, et une tenue de table évidemment parfaite.
Bref, le lendemain je me rendais à l'Acf pour le 200 deepstack. Je n'ai rarement entendu autant de conneries à une table. Les commentaires sur les coups qui viennent de se dérouler sont eux aussi assez hallucinants.
Bon je vais vous en sortir dans ce post, ne vous inquiétez pas!
Le tournoi part très bien pour moi puisque je vais avoir une première livraison, sur une belle rencontre en ma faveur. Un gars open, il est payé à ma droite et je squeeze hors de position avec 99. Flop J93 on est bien!
Je rappelle qu'on est sur un niveau 50/100 avec 15000 de tapis. Je cbet et suis payé par le relanceur initial, qui paye également ma mise sur un J turn. Je me dis que vu le profil ultra calling station des gars de l'aviation ( tous plus de 45/50 ans à ma table) autant miser cher, et j'envoie donc 5000 dans un pot de 3000 quand une brique est tombée river! Mon adversaire ne réfléchit pas vraiment à la situation, ne se demande pas ce que je peux avoir, et shove avec AJ me permettant de doubler. Il est très difficile, même impossible je pense, de folder sa main river. Reraise n'a en revanche pas de sens, il pouvait perdre que 7200 au lieu de 15000.
A ma table une joueuse. Pourquoi les joueuses de l'ACF sont elles généralement nulles? Je ne sais pas. Mais celle là ne fait pas exception à la règle, et annonce donc fièrement des concepts assez drôles à la table : les grosses cartes ça ne gagne jamais, faut jouer les petites. En plus elle fait un nombre de quintes assez hallucinantes et du coup elle monte des jetons. Mais bon, arrive le drame pour elle, quand elle paye une mise puis 3 barels d'un joueurs avec J4! sur un tableau 946Q2. Ballot en face il y avait les rois.
Mais bon, comme elle le dira si bien, si il avait eu AsRoi elle gagnait.. No comment!
Vient ensuite le passage des séries. Toute bonne discussion de livetards se doit d'évoquer les séries. Vous avez deux types de séries..
1- Le joueur n'a jamais de jeu avec ce croupier là, donc ça sert a rien qu'il joue quand le gars est là. Et il est tout content de jeter toutes ses mains en disant à chaque fois au croupier 'Pff t'es vraiment noir toi". Au cas ou on est ait pas compris c'est donc répété à chaque fois.
2- La série 'c'est toujours la flush a carreau qui tombe". Permet d'expliquer en plus ensuite qu'on a payé 2 barels hors cote avec son draw hauteur 4 à carreau parce que "les carreaux sont en forme"! Et bien sur il y a toujours un gars pour rappeler que hier à la table d'Omaha une couleur à carreau a gagné 10 coups de suite.
.
Bref, j'écoute tout ça d'une oreille distraite, et on me donne une paire de rois de grosse blind. La dame totalement nulle relance au bouton alors que ce n'est pas à elle de parler. Bon du coup le mec avant fold, et elle raise à 600, payé à ma droite par un mec qui passe sa vie à se lamenter. A mon avis il vient de Jérusalem. Bref je squeeze à 1900, la dame paye évidemment, et le mec fold en maugréant.
Sur un board 982 intégralement à carreau elle mise 2200, alors qu'elle est au bouton! Je lui signale que c'est à moi d'enchérir, et elle répond un genre de "Ah oui ben faites ce que vous voulez", vu le profil je mise assez cher, et elle m'insta envoie la boite de 15.000 dans les dents. Elle montre un magnifique A9 noirs, et je passe a peu près à 48.000 jetons pour une moyenne a 18000!
.
Deux bonnes heures passent, j'ai toujours 45.000, mais la moyenne est à 28.000, reste 32/60 joueurs.
Il y a a la table un vieux monsieur, très gentil d'ailleurs, qui a un sonotone, bref le parfait contre exemple de ce qu'on peut trouver à une table de poker. Evidemment quand il joue un coup, il limpe. Bon ce n'est vraiment pas le seul de la table, mais le niveau à l'ACF est vraiment affligeant. Toujours est il qu'il limpe UTG, imité derrière lui par un autre joueur, et j'ouvre les As! Ouaouuuu!
Je venais le coup d'avant de bluffer un gars sur un board avec deux dames, en shovant la river. Et comme il avait passé en me montrant sa main j'avais montré mon bluff. Bref j'ai une image de bluffeur, et avoir les As à ce moment là est plutôt une bonne idée. J'isole assez cher puisque ces gens là sont capables de moves incroyables, comme payé une blind puis 20 sur un squeeze all in, je l'ai revu dimanche), et mon adversaire initial paye. Je dois avouer qu'il va très bien jouer le coup. Flop K72 sympa. Je sais qu'un genre de KJ va y laisser des plumes. Mon adversaire paye mon bet, mais sur le turn (8) il me check raise! Diable!! Je sais que chez ces joueurs là ce n'est jamais un bluff, mais je sais aussi qu'avec un K en main ils sont capables de se croire nutsé. Je décide donc de payer, le pot fait alors 18.000, et mon adversaire shove ses 15.000 restants sur une river insignifiantes. J'avoue que j'aurai facilement foldé contre un joueur quelconque, mais contre un gars de 80 piges j'ai pas réussi! Mon adversaire retourne 77 pour brelan flopé, et je dois avouer qu'il a parfaitement joué le coup, notamment en check raisant le turn, lui donnant un sizing parfait pour shove la river.
Coup assez effroyable, car je passe alors à ... 6500 jetons!
Avec pas mal de réussite je vais remonter. D'abord après 3 limpes à 1000  je shove de blind mes 6500, avec AK en main. Je suis payé par 55 puis par QQ!! (admirez les limps quand même). Un roi turn me fait tripler.
Puis un peu plus tard contre un mec trop actif (un jeune of course) je décide de me rebeller, et resteal shove avec Q5s. Bad timing il me paye avec deux 10.. mais je chatte une Dame pour repasser à 30.000 jetons.
.
Il va y avoir un joli fold de mon adversaire expert en mur des lamentations. Un fold que je trouve pour ma part insensé mais qui lui a donné raison. Le cut off open 1600, il paye au bouton, je fold de SB et la grosse blind mise 10.000! La parole lui revient, et après beaucoup d'hésitations il jette les valets face up, son adversaire montrant les dames. Bon le commentaire de Mister mur est moins bon.. "Je joue que deux cartes, j'ai que 4% de gagner!"..
.
Nous ne sommes plus que 18, je suis nettement en dessous de la moyenne, mais il n'y a pas encore urgence. Et je reçois .. AA!
L'utg limpe 1600, 3 limpeurs derrière lui, et j'ouvre donc AA de grosse blind avec un tapis de 26.000.
J'ai plusieurs options, et décide de ne miser que 5000, histoire d'avoir plus de chance de prendre un gros coup, quitte à buster.
L'UTG me fait un new york back raise directement à tapis! Au moins c'est clair! Bon là j'ai le call facile, mais je pense que j'aurais callé any two vu son sizing et la taille de mon stack. Bref il montre paire de 7, ça me rappelle un très mauvais souvenir, et la première carte du flop sera a nouveau un 7.
Bien joué...
.
Une nouvelle fois je quitte un tournoi de l'Acf face à un joueur qui aura joué de façon.. hasardeuse. Disons que je suis habitué... C'est quand même assez incroyable la population de ce cercle. Les mecs ne savent jouer que leurs cartes, sont incapables d'élaborer un plan de jeu, ne mettent jamais l'adversaire sur une range de mains. C'est juste l'endroit le plus nul qui existe. Alors bien sur, c'est une population aisée, les joueurs sont assez sympas, mais franchement quelle faiblesse.. Je comprends le carnage que peuvent y faire Laurent Polito ou Alex Reard quand ils viennent y jouer. Je suppose que pour le 500€ du mercredi c'est différent quand même..
Je finirai par un coup qui m'a littéralement abasourdi. Un gars d'une grosse soixantaine d'années, qui a joué assez serré mais a du faire deux bluffs qu'il a claqué sur la table pour gagner deux coups, dispose de 30.000 quand c'est la moyenne. Le mec a un égo à la Hellmouth..
Un short stack qui a quand même 13.000 shove devant lui. Le mec a insta call pour la moitié de son stack, avec 4 joueurs derrière avec ... 43 de pique!!!!!!!!
.
Bon sur ce.. je vous souhaite de très bonnes fêtes de fin d'année. Au niveau poker je fais ma première année négative depuis longtemps, (-8K€, rien de grave), j'espère que 2014 sera meilleure!


.


mercredi 11 décembre 2013

Unibet Open de Riga, un séjour bien sympa

Je suis donc allé passer quelques jours à Riga avec mon ami Bertrand, qui allait disputer à l'occasion son premier tournoi live. Le circuit Unibet est vraiment particulier, on ne peut le dissocier des fiestas qui l'accompagne. Et qui dit fiesta à Riga dit.. s'en mettre plein les yeux!
.
Nous arrivons donc jeudi 5 décembre, regardons un peu la salle de tournoi ou se joue le day 1a, faisons connaissance de la délégation française et décidons de faire l'impasse sur le satellite du soir pour aller manger entre frenchies avant la première soirée (opening drink, j'aime bien le nom..)
.
Un restau assez avant gardiste, puis donc une première soirée ou en en prendra plein les yeux. Oh my God que les filles sont belles.
.
Quant à la ville de Riga, nous prendrons quand même heureusement le temps de nous balader un peu, c'est tout à fait mignon. Dommage que la température soit pour le moins fraiche..



 Bon, le tourisme c'est bien beau, mais on est pas là pour ça!
Nous attaquons le tournoi à 20.000 jetons pour des blinds 25/50 et une structure assez sympa, en tous les cas au jour 1. J'ai Steven  Moreau 2 places à ma droite, et je vais surtout toucher comme un véritable porc durant les deux premières heures. 3 fois les dames, 1 fois les valets, 2 fois As Roi.
Le problème, et il est de taille, c'est que je ne gagne strictement pas le moindre coup! Du coup mes 20K sont transformés en 10K au bout de 1h40 de jeu. C'est assez rageant, mais finalement je relativise car sur un coup ou j'ai les dames, un danois fantasque s'est contenté de flat mon 3bet avec AKs, je pense que j'aurais pu y laisser mon tapis vu que le roi au flop m'a bien sur permis de m'en tirer vivant.
Il faut savoir que s'il y a bien une particularité d'un Unibet Open, c'est que c'est agressif. Vous savez quand vous ouvrez un pot que vous allez être relancés.
Mon premier gros bol d'oxygène arrive peu avant la première pause. Je suis de grosse blind avec AK.
L'utg, mon voisin de gauche donc, open 800, payé à ma droite par la small blind. Je squeeze à 2200 payés les deux fois. Le pot fait 6600, et il me reste 7800 jetons. Flop J82 avec deux carreaux. La small blind  prépare 3500 mais finalement ne les joue pas. J'envoie donc une grosse salve et tous passent.
.
Mon coup charnière interviendra peu après le retour de pause, j'ai alors 18k devant moi et ouvre à 375 sur 75/150 avec 98s. L'italien à ma gauche 3bet à 800 comme il le fait toujours, et un gars qui a 20K call au bouton. Je call aussi et découvre un flop sublime! 9 8 2 ! Miam.
Comment rentabiliser désormais? J'aurais le choix du check raise, mais ça montre vraiment beaucoup de force, et décide donc de donker 1700! Parfois les donkbets on les reraise juste pour le principe, et si l'italien folde assez vite, le joueur au bouton me revient dessus à 4000. Je call juste, admire un splendide 3 au turn et check pour le laisser miser. La suite est rapide, 6000 chez lui, tapis à 13.000 chez moi, il call dégouté car il sait qu'il est derrière et montre QQ. Brique river, et je passe à 38.000 pour une moyenne à 25.000!
C'est le moment que Steven choisit pour ouvrir un pot, quand j'ouvre KK!
Je 3bet parce que le danois fou a déjà passé sa main et qu'il ne pourra pas squeezer.
Un tour plus tard Steven ouvre à nouveau, et je découvre encore KK! Cette fois mon danois est de blind donc je call juste, mais il n'y aura pas de squeeze et je reprendrai un petit pot..
Le pauvre Steven va encore lacher quelques plumes contre moi, quand il raise ma grosse blind depuis le bouton. Je défends avec 97 de carreau, et toucherai ma couleur à la river.
.
Bref, tout va bien à ce moment là, on joue depuis 4 heures de jeu, j'ai touché comme un porc, j'ai 50K pour une moyenne à 30K.
Mais, il y a un mais.. je ne toucherai plus la moindre micro main durant les 5 niveaux d'une heure qui vont suivre, et comme je suis un gros débile qui ne sait pas attendre, je vais y laisser des plumes, en tentant des choses plus ou moins border line. Du coup je ne joue plus un seul coup sur les deux dernières heures, et termine très frustré avec 22500 jetons pour une moyenne à 48.000.
A noter que mon ami Bertrand est également qualifié mais short.
.
Nous reprenons sur des blinds 600/1200, et je passe d'entrée de 22500 à 15.000! Super départ. J'ai callé un raise avec QJs, surement pas une bonne idée, et raise fold mon bouton sur le shove de la blind qui était pourtant très short ( mais ce très short faisait 60% de mon tapis!)
.
C'est un joli coup de chattage qui va me relancer. Le cut off à ma droite open à 2500, je shove 15.000 avec A9 et suis payé par la grosse blind (pas bon signe du tout!) qui montre deux 10! Mon adversaire est obnubilé par le fait de ne pas voir d'As sur le board et hurlera un YES! sur le tableau 9 J Q 9 2. Je lui fais remarquer qu''il y a 2 neuf au board, il se calme d'un coup!
.
Ensuite je suis transféré de table et remonte petit à petit, en recommençant à tenter des choses. Par exemple :Un mec actif relance, il est payé à sa gauche, je squeeze avec A6s, et ils foldent. Mais le temps passe, je vois vraiment pas grand chose, est obligé de fold, et me retrouve à 34.000 pour une moyenne à 75K, c'est pas glorieux.
.
Quand arrive le coup clé qui va tout changer, le genre de coup qu'il faut absolument passer dans un tournoi quand vous êtes short! Tous passent et sur 1600/3200/ je sais plus l'ante, je shove mes 34.000 au bouton avec KJ. Je suis payé par deux 10, et la première carte du board est un troisième 10 ne me laissant guère de chances! Mais au final, 10 Q 5 2, j'attends un de mes 8 outs à la river qui arrivera bien gentiment! As de pique, merci beaucoup!
.
Je réalise bien sur que j'ai du passer pour arriver là un 80/20 (98 vs QQ sur 9832), un 30/70 (A9vs 1010) puis un 50/50.. Il en faut de la réussite en tournoi! D'un autre coté si je n'avais pas perdu mes 4 paires de dames peut-être que je n'aurais pas eu à prendre ces risques..
.
On me change de table, je me retrouve à celle d'xxxTheArtiste Amaury, de la team Unibet. Pas vraiment le temps de faire grand chose, et on me retransfère en table télé. Pour y retrouver la très jolie croupière que voici..

La table télé de l'Unibet Open
Je sais que quelques uns parmi vous qui me lisent on regardé cette table. ( Ricardoc, Blacky par exemple, liste non exhaustive..)
Je vais y  gagner 3 coups. Voici le lien de la table télé, j'arrive à 2h05, pour jouer 1h05 à la table.
Le premier je raise deux valets, payé par le gars que vous voyez sur la photo, mais qui va abandonner sur mon cbet.
Le second je suis de big blind avec Q10of, quand le bouton qui raise 100% de ses boutons relance. Je vais le check raiser sur un flop parfait Q108, mais il va fold dans la nano seconde.
Le troisième coup est assez similaire au premier, je raise une paire de 7 payé par le même gars, qui insta foldera sur mon cbet sur un flop comportant un roi. J'étais arrivé en table télé avec 73.000, je la quitte une heure plus tard avec 130.000, presque l'average.
Il y a 24 itm (nous étions 208 joueurs), et nous approchons de la bulle. Je vivote autour des 100.000 jetons pour une moyenne à 160K lorsque celle ci va sauter.
Je vais alors avoir un joli rush. Laurent Vigne ( joueur pro très connu de cash game, que vous avez pu croiser sous les avatars de La plume ou Albator par exemple, son compte rendu du tournoi ici est excellent, avec beaucoup de photos, je vous le recommande) shove ses 70.000 en small blind. (soit 7BB). J'ai KJs derrière pour un insta call assez facile. Il montre deux daubes, genre 64of, et je m'approche de 200.000 jetons.
Il ne reste plus que 20 joueurs, il va se passer un événement qui va m'influencer fortement. Un danois très bon raise 18.000, tous passent jusqu'à mon voisin de gauche qui shove ses 62.000. Le Danois va hésiter longtemps et finalement folder, ne rajoutant pas les 44.000 demandés!
La main suivant il ouvre UTG+1 à 18.000, se fait payer à sa gauche et j'ouvre deux valets, avec un tapis de 160k. ( blind 4000 8000 ante 500)
Deux solutions, squeezer à 55.000, ce qui montre une force énorme, et SHOVE pour souvent représenter AK, et être payé par 99 ou 10 10, alors que je ferai folder AQ qui a une grosse équité contre mes jacks.
.
Raoul me supplie de tout mettre dans le groin, je suis assez d'accord et envoie donc tout au milieu. A ma grande surpri consternation, je suis payé très vite par mon adversaire qui retourne deux dames. Pas de miracle derrière, et je suis donc out à minuit et des brouettes en 20ème place de ce très joli tournoi. Mon bourreau finira à la 3ème place le lendemain derrière le duo d'hollandais.
.
Qui dit minuit dit soirée Unibet, dans la boite du casino. Une boite assez hallucinante, sorte de labyrinthe aux multiples salles et aux multiples ambiances. Avec donc des filles d'une beauté sidérante. Et l'alcool à volonté pour les joueurs! Je vous passerai les détails de la soirée..
.
Le prochain Unibet Open a lieu à Copenhague, du 13 au 16 mars. Le buy in sera ramené de 1650€ à 1100€ à cette occasion. Il se trouve que je n'ai pas d'épreuve de bridge à ce moment là, je crois que je vais difficilement résister! :)( Edit : je n'ai pas résisté, j'ai pris mes billets d'avion!)



lundi 2 décembre 2013

Pas vraiment la rivière révée..

Que le po ker de tournoi est rude. J'en ai vraiment fait l'expérience au Barrière Poker Tour d'Enghien.
Je vous avais laissé en fin de day 1 avec un gros tapis de 270.000 jetons, pour une moyenne à 100.000. C'est vrai que j'avais eu un peu de jeu (deux fois AK et une fois les rois, plus 3/4 paires intérmédiaires dont deux avait flopé brelan!), ça m'avait bien aidé!
Le jour 2 va être beaucoup plus difficile, puisque je vais tenter de jouer trop de coups, alors que les cartes n'étaient jamais là.
Témoin par exemple ce coup contre une joueuse très faible, qui ne joue que fit or fold, ou je raise J2s en milieu de parole, qu'elle paye au bouton.
Flop que R103 que je cbet et qu'elle paye. Nous checkons tous les deux un 3 qui double, et l'As river me semble une très bonne carte pour bluffer le coup. Sauf qu'elle m'insta call avec AJ évidemment.
Le temps passe, je me maintiens à 300.000 jetons, alors que nous atteignons le dernier niveau. J'ai réussi à prendre pas mal de jetons sur des mains que j'ai 3 bet, et je vais vraiment pas m'arrêter là. Le 3bet c'est quand même plus rentable que d'ouvrir un pot..
Un mec ouvre au bouton un peu cher, je lui mets un gros 3bet avec Q8, il fold
Un gars open curieusement à 20K au cut off sur 3000/6000, je lui mets 55000 dans les dents avec J2s, il fold en montrant un As, je lui montre donc ma main.
J'open Q6 de coeur à 22K,  et Mouss, un joueur bien connu de la maison du bluff, qui avait surtout remporté le main event des FCOOPS me semble t'il, me 3bet à 48K.  Vu que j'ai souvent open sur sa blind (because je suis au cut off), je sais qu'il peut être faiblard, et je décide donc de 4bet à 102k! Il paye, c'était pas vraiment prévu au programme, mais heureusement deux coeurs au flop me permettent de lui faire coucher les valets. ( Flop A83)
Bref, je termine le day 2 avec 480.000 jetons, 10ème sur 52 restants pour 44 itm.
.
Le day 3 commence, et je me sens vraiment bien. Je suis toujours au dessus de l'average, nous rentrons dans les places payées. Je gagne un joli coup contre mon futur bourreau jimmy Vasseur. Je raise KQ en début de parole et il paye. Flop 742 que nous checkons, le 2 double et donne deux trèfles au tableau et il bet suite à mon check. Je ne le crois bien sur pas et paye. Le J de trèfle fait rentrer ma couleur supposée, ce qui me permet de donker 50.000 et de le faire passer.
Bref tout va bien, j'ai 520.000 devant moi, l'average est à 400.000, nous ne sommes plus que 37, mis à part Erwan Pécheux qui est arrivé à la table je ne crains pas vraiment grand monde.
J'open UTG+1 avec KQ sur 10K 20K à 42K, payé par Jimmy.
Le flop est très bon, K75 mais avec un flush draw à trèfle, je bet 48K, bet sur lequel Jimmy répond assez vite par une mise à 120K
Je ne vais pas vous faire un cours de po ker, mais disons que je sais qu'il a deux trèfles. Reste donc à savoir quoi faire désormais.
Shove mes 360K, probablement qu'il va passer, je lui demande quand même 240K de plus, ce n'est pas rien. Mais bon, s'il est un peu gambleur il pourrait payer et jouer son 40/60, connaissant ma réussite j'y tiens pas vraiment. J'ai donc décidé de call pour maximiser les chances de prendre un pot énorme, sachant que tout trèfle à la turn ne me coûterait plus un jeton.
Turn Valet de carreau, fidèle au plan je check, il mise 130K et se prend instantanément mes 360K dans les dents. Vu qu'il est commit il paye en grimaçant, et retourne 98 de trèfle. J'avoue que quand il a call je me suis demandé sur le coup si je ne m'étais pas trompé, j'ai donc été soulagé de le voir retourner sa main!
Nous en sommes là! :
A ma grande surprise ce n'est pas un Trèfle qui tombe, mais un anodin 6 de coeur..
Ou un 6 de coeur, vous l'aviez vu venir celui là??
J'avoue que je n'y avais pas prêté beaucoup d'attention! (un 10 lui donnait la gagne aussi, son draw était devenu violent!)
.
Ce jeu est vraiment rude, je ne sais pas ce que j'aurais fait avec 1.200.000 jetons devant moi sur une moyenne à 400.000, mais je crois que Raoul aurait aimé la suite des évènements..
.
Mais bon, le moral revient, je crois vraiment avoir fait un joli tournoi, et l'Unibet Open de Riga qui se profile (je joue le 1b vendredi) va j'espère confirmer tout cela..