vendredi 12 avril 2013

Shaolin Pokersoccer



Un cousin me demandait récemment par mail ou étaient passés Marguerite et Raoul. Peu envie de jouer, j'attends des jours meilleurs. Avant de vous livrer l'interview décalée de mama, ce sera pour lundi, je vais vous parler... poker footballistique. J'ai trouvé que cette semaine de shampooing league avait beaucoup de points communs avec ce que l'on retrouve aux tables.

Prenons Malaga par exemple. Un jeu assez défensif, voir frileux, qui compte sur des contres attaques rapides pour surprendre son adversaire. Au poker nous avons ce genre de joueurs, on les appelle les serrures, voir même les nits lorsqu'ils poussent le serrurisme à l'exces. Blacksuccube par exemple, c'est Malaga. Ne joue que si vraiment il se sent obligé. Une paire de Dames c'est bien joli mais ça passe difficilement le milieu du terrain.
En face il y avait Dortmund. Dortmund ça attaque un peu n'importe comment. Ca met plein de buts, mais ça en prend aussi. Mais ça attaque toujours. Cette année le 2-2 décroché à Madrid en phase de groupe avait bien montré cette philosophie de jeu. Le match sur le terrain de Manchester City aurait du être gagné 100 fois, mais la maladresse dans le dernier geste n'avait permis que de prendre un point. L'Ajax en revanche avait été dynamité 4-1 chez lui! Bref un football panache, qui rappelle réellement le jeu des larges agros. Les mecs qui te rendent fous parce qu'ils te 3bet tout le temps, qui passent leur temps à agresser, qui évidemment font parfois des moves grotesques lorsqu'ils sont callés par la 4ème paire du board et qu'ils doivent annoncer piteusement Hauteur 7, mais ce sont ces joueurs là qu'on craint et qu'on aime voir jouer! Bref Dortmund c'est Marvin Rettenmaier, qui n'est pas allemand par hasard.
.
Une qualité indispensable pour réussir au poker, c'est d'avoir un mental de fer. Voyez ce qui est arrivé à Dortmund contre Malaga.. Après un match aller terminé sur un 0-0 frustrant, tant le club allemand aurait du gagné, le match retour devient catastrophique quand Malaga prend l'avantage 2-1 à 5 minutes de la fin. Il faut désormais marquer 2 fois. On joue la 90ème minute, le score est toujours de 1-2, il faut un miracle. Ce sera du Shove in the dark toutes les mains, et le miracle arrivera. Mais revenons 10 minutes en arrière.. Prendre un but hors jeu à 1-1 lorsque vous poussez pour prendre l'avantage, et réussir malgré tout à vous qualifier au bout du suspens, c'est un peu comme monter patiemment un stack important, et en perdre 90% sur un horrible bad beat. 98% des joueurs sautent dans les minutes suivantes en invoquant la malchance. Combien sont capables de se remettre au travail sans broncher? (Pas moi ça c'est sur!)
.
Barcelone-Psg. Ce match est un peu comparable à ce que ressent un joueur totalement amateur qui ship un package pour aller jouer le main event des WSOP. Vous aviez l'habitude de jouer contre Tante Lucette et l'ami Gaston ( traduire As Nancy Lorraine et le FC Sochaux), et il va falloir aller jouer les wsop à Las Vegas face à Durrrr et Phil Ivey ( traduire le Camp Nou face à Messi et Xavi). Tout le monde vous dit que vous allez vous faire passer à la moulinette, sauf que ce jour là vous sentez bien les coups, vous évitez les pièges, vous prenez les bons risques, et vous sentez les regards de Phil et Tom de plus en plus inquiets. Au final vous allez buster, mais la simple formalité annoncée vient de tourner au cauchemar pour vos adversaires, qui n'espèrent qu'une chose.. ne pas vous avoir à leur table pour les tournois de l'année prochaine.. Vous venez de gagner le respect de vos adversaires, du public présent, et cela vaut finalement une victoire, puisque vous pourrez capitaliser plus tard sur cette image là. En attendant faut aller jouer contre mamie Odette ce samedi. Traduisez à Troyes.
.
J'imagine assez ce qu'à pu ressentir l'entraîneur du FCB lors de la rencontre contre le Psg. C'est un peu comme lors d'un heads up qui s'éternise alors que vous partiez avec 70% des jetons. Impossible de se débarrasser de son adversaire alors que les précédents joueurs sont venus se faire exécuter lamentablement. Un moment il faut prendre des risques, tenter quelque chose, parce que jouer son jeu standard ne suffira pas. Un double check raise bluff, une entrée de Messi, et le tour sera difficilement joué.
.
Finalement, le foot est un jeu d'équipe ou tout le problème est d'arbitrer entre positionnement défensif pour se protéger et récupérer le ballon, et positionnement offensif pour faire la différence. Le poker est un jeu individuel ou le problème est d'arbitrer entre son envie de foncer et de monter des stacks énormes, et un jeu plus sur pour protéger son tapis.
.
Mais le point commun à tout cela, c'est que sans génie et sans caractère, on ne va pas très loin..

8 commentaires:

  1. bon bien vu, mais dois-je comprendre que je ne suis pas agréable à regarder jouer? Ok, ok, t'as raison :)

    RépondreSupprimer
  2. Les psg-iens n'avait qu'à lui casser la jambe plus proprement à l'aller au petit génie (c'est aussi çà le foot ... par contre pas facile à transposer au poker cette tactique)

    RépondreSupprimer
  3. Merde, où sont passées les affiches de films ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. oups t'as raison!
      je pensais avoir mis l'affiche du film!
      Honte à moi!
      Vais corriger ça!

      Supprimer
  4. et le foot, c'est aussi un jeu de chatte ? lol

    RépondreSupprimer
  5. Oui le foot c'est aussi un jeu de chatte. Sur un match. Mais pas sur le long terme... Sur une saison de championnat, ou sur quelques années de champions league, on retrouve toujours les meilleurs.
    Par contre au poker, c'est beaucoup beaucoup moins évident..! #moneymaker #jamie_gold #jerry_yang

    RépondreSupprimer
  6. samsonov,journaliste sportif16 avril 2013 à 16:04

    Excellentissime
    Je rajouterai que ton wpt peut faire penser à la folle épopée des verts de 1976 ,provoquant un engouement sans précédent en France jusqu'à la finale contre le Bayern ,à Glasgow et ses poteaux carrés.Il me semble que pendant ton hu une vilaine carte river t'as privé de la victoire ...
    On entendait d'ailleurs ce jour là dans les gradins la célèbre chanson "allez,qui c'est le plus fort évidemment c'est Freeed".
    Comme tu jouais contre un Italien j'aurais pris 2006 comme comparaison si tu lui avais mis un coup de boul mais comme ça n'a pas été le cas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. à la décharge des italiens, ce n'est qu'une égalisation contre moi, puisque j'avais remporté le DSO Dublin vs un Italien.
      Le coup de boules ça aurait pas été très bien vu!

      Supprimer